Rechercher
  • Toiledemots

LES OUBLIÉS



Si j'ai pu voir passer le nom de l'auteur très souvent dans les médias, librairies et réseaux sociaux, je ne l'ai découvert que récemment grâce à J.C Lattès qui me l'a proposé en service presse. J'avais déjà très envie de découvrir la plume de l'auteur avec l'un de ses premiers romans L'AFFAIRE PELICAN alors c'était l'occasion. J'ai été totalement happé par ma lecture et j'ai hâte de découvrir l'oeuvre entière de cet écrivain !


Merci aux éditions J.C Lattès pour l'envoi du roman !


Résumé

Auteur : John Grisham

Maison d'édition: J.C Lattès

En libraire depuis le 3 Mars 2021


À Seabrook, petite ville de Floride, le jeune avocat Keith Russo est tué à coups de fusil alors qu’il travaille un soir dans son bureau. L’assassin n’a laissé aucun indice. Aucun témoin, aucun mobile. Mais la police trouve bientôt un suspect, Quincy Miller, un homme noir et ancien client de Russo.

Quincy est jugé et condamné à une peine de réclusion à perpétuité. Pendant vingt-deux ans, il se morfond en prison et ne cesse de clamer son innocence. Il n’a pas d’avocat, personne pour le défendre. De désespoir, il écrit une lettre aux Anges Gardiens, une fondation où travaille Cullen Post, avocat et ancien pasteur de l’Église épiscopale.

Les Anges Gardiens n’acceptent que très peu d’affaires. Post sillonne le pays pour tenter de réparer les erreurs judiciaires et sauver des innocents. Le cas de Quincy Miller, toutefois, représente un défi d’une tout autre nature. Des gens puissants, violents et sans pitié ont assassiné Keith Russo, et ils ne veulent pas voir Quincy Miller disculpé.

Ils ont tué un avocat il y a vingt-deux ans, ils en tueront un deuxième sans hésitation.

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par Dominique Defert


Mon avis


C'est avec LES OUBLIÉS que j'ai découvert la plume de John Grisham et ce fut une révélation. Je ne lis pas beaucoup de thriller et pourtant j'adore ce genre ! Particulièrement quand l'histoire est prenante et addictive. John Grisham se documente, parle de faits qui peuvent se produire et il s'inspire de faits divers ce qui rend son récit d'autant plus réaliste.


J'ai aimé l'approche de l'auteur sur son sujet. Il aborde des sujets forts, importants, dans une Amérique profondément raciste. Ce qui est très intéressant c'est la manière dont John Grisham souligne les bavures policières et judiciaires. Le lecteur connaît rapidement les faits et comprend très vite que la fin n'est pas si évidente.

L'auteur nous plonge dans le quotidien de Cullen Post, un prêtre avocat qui a décidé de dédié sa vie à aider les innocents emprisonnés. J'ai particulièrement aimé le fait que l'auteur nous amène dans les différents dossiers suivis par le protagoniste. Tel un avocat qui multiplie les affaires, le lecteur doit jongler entre les différentes affaires. John Grisham ne nous perd pas pour autant puisque chacune est suivie différemment, le principal dossier étant celui de Quincy Miller. Malgré tout, le protagoniste n'en oublie pas ces hommes et femmes qu'il suit depuis des années et cela donne un ton réaliste à l'histoire. Il fait ainsi comprendre au lecteur la réalité judiciaire, très vite on comprend qu'on aura peut-être pas toutes les réponses, le but de l'avocat est de faire libérer son client pas de trouver le coupable. Et c'est cet aspect qui tien en haleine jusqu'au bout car jusqu'aux dernières pages on ne sait pas ce qu'il va se passer malgré les preuves qui se rajoutent au fur et à mesure au dossier. Finalement le système est-il mauvais jusqu'au bout ?

Très vite le lecteur a des réponses avec les recherches du protagoniste pour innocenter Quincy Miller. Les faits sont démontés pour être reconstruits, pour permettre de rétablir la vérité, le page turner réside dans cette vérité, va-t-elle éclater ? Quincy Miller sera-t-il libéré ?


Mais si ce roman est si poignant, rempli de justesse et de vérité c'est dans ce qu'il dénonce : un racisme profondément ancré dans le pays. Ce racisme ambiant est dénoncé plusieurs fois par le protagoniste dans ses réflexions. Il n'emploie pas le terme mais fait clairement comprendre que la majorité des condamnés non coupables sont noirs. Dénoncer ce fait dans l'Amérique où George Flyod et tant d'autres meurt et subissent les violences policières de manière quotidienne, est une façon pour l'auteur de pointer du doigt à son lectorat ce qu'il se passe dans la réalité. Si l'histoire est une fiction, l'auteur s'inspire pour autant de faits divers. Et c'est cette approche qui m'a plu, la manière dont John Grisham dénonce en mettant le lecteur face aux injustices, aux lenteurs administratives et aux coups montés. Cullen Post m'a plu car il n'est pas sans défaut. Il reste un homme qui admet ses failles mais il sait être juste et droit. Un héros singulier qui pourrait être un personnage régulier dans les oeuvres de John Grisham tant il y aurait matière à raconter !

Pour une première avec l'auteur s'est totalement réussi et j'ai hâte de me plonger dans ses autres romans !

Connaissez-vous les romans de l'auteur ?

Vous pouvez me retrouver sur mon compte Instagram @Toiledemots



0 commentaire

Posts récents

Voir tout